Crime à Itamar

Vendredi 11 mars 2011, une famille, la famille Fogel est sauvagement assassinée au village d’Itamar. La question n’est plus de chercher à comprendre quelle peut être cette force démoniaque, dans l’âme de ce qui s’appellerait être humain, qui peut le conduire à décapiter un bébé de 3 mois au nom de je ne sais quelle idéologie. La question n’est pas non plus de chercher à comprendre comment cette force peut également envahir les consciences dites politiquement correctes d’une certaine intelligentsia médiatique qui se joue du monde pour laisser sous-entendre que « c’est bien encore la faute des juifs ». « Des colons ont été tués !!! » disent-ils.  Là ne sont plus les questions, notre peuple a appris… Il reste ici encore, comme pour toutes les catastrophes que le monde peut vivre : Pourquoi ?  Quel est le sens de tout cela ? Et D.ieu ?

Et nous voici aujourd’hui à quelques jours de Pourim, comment vous annoncer cette  journée de festivité et de joie pendant la semaine de deuil où il est interdit à tout proche de participer à une quelconque festivité ? Et nous sommes tous de par le monde des proches de la famille Fogel.

Plutôt que, où sont les juifs, la question que nous aurions pu nous poser est, mais où est D.ieu ? Maître du monde où étais-tu pendant qu’on égorgeait tes enfants ? Qui ne s’est pas poser la question face au drame de la Choa ? Question légitime n’est-ce pas ?

Pourim est avant tout la fête où D.ieu se cache.  Mais le miracle de Pourim c’est que malgré toutes les tentations démoniaques d’extermination du peuple juif, c’est que nous sommes encore vivants.

Le miracle de la Choa c’est que malgré ce questionnement légitime du silence de D.ieu, nous continuons à croire.

Nous continuons à célébrer nos fêtes, non seulement en commémoration de notre histoire, nous continuons à célébrer nos fêtes en témoignage de l’espérance d’Israël, de l’espérance de la délivrance, de l’espérance de paix,  de l’espérance de la révélation du sens de notre histoire.

En effet nous savons que si D.ieu est en apparence absent du texte de la Méguila d’Esther, que si D.ieu est en apparence absent de l’histoire du monde, un monde qui semble aller à la dérive tant les événements nous secouent, D.ieu est là dans le caché de l’histoire, dans le caché du texte, dans le caché de nos vie.

ALORS Jeûnons demain en souvenir de notre délivrance de l’empire Perse mais aussi en souvenir de la famille Fogel. Fêtons Pourim, en souvenir de notre délivrance future, afin que ce jour nous puissions avancer vers le sens caché de l’histoire.   Léo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s